CANONS DU SYNODE DE LAODICÉE

Les 59 canons du synode des bienheureux pères réunis à Laodicée de Phrygie sous Théodose le Grand.

1. De ceux qui se sont mariés en secondes noces et du temps de leur pénitence.

Selon la règle ecclésiastique nous décidons qu'on doit, après un certain temps passé dans la prière et le jeûne, gracier et faire de nouveau participer à la communion ecclésiastique ceux qui régulièrement et conformément aux lois contractèrent un second mariage, sans s'être mariés clandestinement.

 

2. De ceux qui se sont profondément repentis de fautes variées.

Les pécheurs des diverses catégories qui ont persisté dans leurs sentiments de confession et de pénitence et qui se sont tout-à-fait éloignés du mal, doivent, après un temps de pénitence proportionné à leur faute, être admis de nouveau à la communion eu égard à la miséricorde et à la bonté de Dieu.

3. Qu'il ne faut pas être admis dans le clergé aussitôt après le baptême.

Que ceux qui ont été baptisés depuis peu ne soient pas élevés à la cléricature.

4. Que ceux du clergé ne doivent pas prêter à intérêt.

Que les clercs ne pratiquent pas l'usure, ni ne prennent des intérêts et ce qu'on appelle la moitié en plus.

5. A quel moment les ordinations doivent être faites.

Que les ordinations ecclésiastiques ne se fassent pas au temps où les audientes sont encore dans l'église.

6. Qu'un hérétique ne doit pas entrer dans une église ou dans une chapelle de martyrs.

Qu'il soit défendu aux hérétiques de franchir le seuil de la maison de Dieu, aussi longtemps qu'ils s'obstineront dans leur hérésie.

7. De ceux qui reviennent de l'hérésie à l'église.

Que ceux qui reviennent des hérésies, c'est-à-dire de celle des novatiens, des photiniens ou des quartodécimans, qu'ils aient été dans ces sectes catéchumènes ou fidèles, ne soient pas reçus avant d'avoir anathématisé toutes les hérésies, et en particulier celle dont ils sortent. Ceux d'entre eux qui dans ces sectes sont appelés fidèles pourront participer au saint mystère, après avoir appris les symboles de la foi et avoir été oints du saint chrême.

8. De ceux qui reviennent de l'hérésie des phrygiens.

Que ceux qui reviennent de l'hérésie des phrygiens même s'ils faisaient partie du prétendu clergé de cette secte, même s'ils portent le titre de "très grand", doivent être instruits dans la religion avec le plus grand soin et baptisés par les évêques et les prêtres de l'église.

9. Qu'il ne faut pas s'approcher des cavernes des hérétiques pour y prier.

Il ne faut pas permettre que les membres de l'église se rendent dans les cimetières ou dans ce qu'on appelle les martyria de n'importe quels hérétiques, pour y célébrer le service divin ou y faire leurs dévotions; les fidèles qui n'observeront pas cette règle, seront excommuniés pendant quelque temps et seront réconciliés lorsqu'ils auront fait pénitence et confessé leur faute.

10. De l'alliance par mariages avec des hérétiques.

Que le membres de l'église ne marient pas indifféremment leurs enfants avec les hérétiques.

11. Qu'il ne faut pas établir des femmes-prêtres dans l'église.

Que l'ordination de celles qu'on appelle presbytides ou présidentes ne se fasse pas dans l'église.

12. Des ordinations épiscopales.

Que les évêques soient ordonnés en vue du gouvernement d'une église, d'après le jugement du métropolitain et des évêques voisins, après toutefois que l'on sera suffisamment convaincu de leur orthodoxie et de leurs bonnes moeurs.

13. Que les ordinations ne doivent pas être faites d'après le jugement du peuple.

On ne doit pas laisser à la foule l'élection de ceux qui sont destinés au sacerdoce.

14. Qu'il ne faut pas envoyer à un autre diocèse une partie des saints dons.

Que dans le temps pascal on n'envoie plus les saints dons en guise d'eulogie dans les autres diocèses.

15. De ceux qui peuvent chanter du haut de l'ambon.

A l'exception des chantres ordonnés, qui montent à l'ambon et chantent d'après le livre, personne d'autre ne doit faire le chantre à l'église.

16. Des lectures à faire les samedis à l'église.

Le samedi on doit lire publiquement les évangiles avec les autres parties des Écritures.

17. Que les psaumes doivent être lus avec des intervalles dans les assemblées liturgiques.

Que dans les assemblées pour le service divin on ne chante plus les psaumes immédiatement l'un après l'autre, mais que l'on intercale une leçon après chaque psaume.

18. Des prières à faire à none et aux vêpres.

Le même service de prières doit toujours avoir lieu soit à none soit aux vêpres.

19. Des prières après les homélies des évêques et de ceux qui peuvent communier et que les prêtres seuls entrent dans le sanctuaire.

Il faut, en particulier, aussitôt après l'homélie de l'évêque dire la prière sur les catéchumènes et après la sortie des catéchumènes dire la prière sur les pénitents, et après que ceux-ci auront reçu l'imposition des mains et seront sortis, alors seulement on dira les trois prières pour les fidèles, la première à voix basse, la seconde et la troisième à haute voix. Ensuite on se donnera paix : après que les prêtres auront donné la paix à l'évêque, les laïcs se la donneront aussi et alors on offrira le saint sacrifice. Il ne sera permis qu'aux seuls clercs consacrés d'approcher de l'autel et d'y communier.

20. Des honneurs dus aux prêtres et aux diacres.

Le diacre ne doit pas s'asseoir en présence du prêtre, ou ne le faire que sur invitation de celui-ci. De la même manière seront honorés les diacres par les sous-diacres et par tous les clercs.

21. Que les sous-diacres doivent être écartés de la sacristie des diacres.

Les sous-diacres ne doivent pas prendre place dans le diaconicon, ni toucher les vases sacrés.

22. Que le sous-diacre ne doit pas mettre l'orarion.

Le sous-diacre ne doit pas porter l'orarion ni quitter sa place à la porte.

23. Que les lecteurs et préchantres ne doivent pas exercer leurs fonctions revêtus de l'orarion.

Les lecteurs et les chantres ne doivent pas porter l'orarion pour lire ou pour chanter.

24. Qu'aucun clerc ne doit entrer dans un cabaret.

Les clercs consacrés depuis les prêtres jusqu'aux diacres et la suite des rangs ecclésiastiques, jusqu'aux sous-diacres, aux lecteurs, aux chantres, aux exorcistes ou aux portiers, ou ceux de la classe des ascètes, ne doivent pas entrer dans une taverne.

25. Que le sous-diacre ne doit ni bénir ni distribuer du pain béni.

Les sous-diacres ne doivent pas distribuer le pain ni bénir le calice.

26. Des exorcistes qui ne sont pas sous l'autorité de l'évêque.

Celui qui n'y a pas été promu par l'évêque ne doit exorciser ni dans les églises, ni dans les maisons.

27. Qu'il ne faut pas emporter des vivres après l'agape.

Les clercs consacrés, les autres clercs et les laïcs invités à une agape, ne doivent pas en emporter une partie chez eux, pour ne pas déshonorer l'état ecclésiastique.

28. Qu'il ne faut pas offrir des repas dans une église.

On ne doit point célébrer dans les églises de paroisse ou dans les autres églises ce qu'on nomme les agapes, ni servir des repas ou donner un banquet dans la maison de Dieu.

29. Des chrétiens qui gardent le sabbat ou observent quelqu'autre rite judaïque.

Les chrétiens ne doivent pas judaïser et garder le repos du sabbat, mais travailler ce jour-là; ils préféreront garder le repos, si possible, le jour du Seigneur, en leur qualité de chrétiens. S'ils persistent à judaïser, qu'ils soient anathème auprès du Christ.

30. Des hommes qui se baignent avec des femmes.

Les clercs consacrés, les autres clercs et les ascètes ne se baigneront pas avec des femmes, car c'est là le premier des reproches faits aux païens.

31. De ceux qui contractent mariage avec des hérétiques.

On ne doit pas se marier avec des hérétiques quels qu'ils soient, ni leur donner en mariage ses fils et filles, à moins qu'ils ne promettent de se faire chrétiens.

32. Qu'il ne faut pas recevoir du pain béni des hérétiques.

On ne doit pas recevoir les eulogies des hérétiques, car ce sont plutôt des malédictions que des eulogies.

33. Qu'il ne faut pas prier avec des hérétiques ou des schismatiques.

On ne doit pas prier en commun avec les hérétiques et les schismatiques.

34. Qu'il ne faut pas recourir aux faux-martyrs des hérétiques.

Aucun chrétien ne doit laisser d'honorer les martyrs du Christ, pour s'en aller honorer les faux martyrs, c'est-à-dire les martyrs hérétiques, ou ceux qui sont devenus chefs des hérétiques, car ceux-ci sont loin de Dieu. Celui donc qui se rend chez eux, qu'il soit anathème.

35. Qu'il ne faut pas pratiquer le culte des anges.

Les chrétiens ne doivent pas abandonner la gloire de Dieu et son église pour s'en aller invoquer les anges et faire des réunions en leur honneur; cela est défendu. S'il y a donc quelqu'un qui s'adonne à cette idolâtrie occulte, qu'il soit anathème, parce qu'il a oublié notre Seigneur Jésus Christ et qu'il a passé à l'idolâtrie.

36. De ceux qui font usage d'incantations ou de phylactères.

Les clercs consacrés et les clercs inférieurs ne doivent être ni sorciers ni magiciens ni mathématiciens, ni astrologues, ni fabriquer ce qu'on nomme des amulettes, qui sont des chaînes pour leurs âmes; ceux qui en portent nous ordonnons qu'ils soient jetés hors de l'église.

37. Qu'il ne faut pas accepter les cadeaux de fête des Juifs ou des hérétiques.

On ne doit accepter des Juifs ou des hérétiques aucun cadeau de fête, ni célébrer des fêtes avec eux.

38. Que les chrétiens ne doivent pas manger d'azymes.

On ne doit pas accepter des Juifs des azymes, ni communier à leurs impiétés.

39. Que les chrétiens ne doivent pas observer les fêtes païennes.

On ne doit pas prendre part aux fêtes des païens, ni communier à leur athéisme.

40. Des évêques qui négligent les invitations aux synodes.

Les évêques convoqués à un synode ne doivent pas dédaigner l'invitation, mais s'y rendre et y dire ou apprendre ce qui peut servir au bien des fidèles et des autres. Si quelqu'un dédaigne l'invitation, celui-là se met dans son tort, à moins qu'il ne soit empêché par quelque chose d'extraordinaire.

41. Que ceux du clergé ne doivent pas partir en voyage sans lettre de recommandation.

Un clerc consacré ou un clerc inférieur ne doit pas voyager sans être muni de lettres canoniques.

42. Qu'un clerc ne doit pas partir en voyage sans l'autorisation de son évêque.

Un clerc consacré ou un clerc inférieur ne doit pas entreprendre un voyage sans l'autorisation de son évêque.

43. Que les sous-diacres doivent rester près des portes.

Les sous-diacres ne doivent pas même pour un peu de temps, quitter les portes pour prendre part à la prière.

44. Que les femmes ne doivent pas entrer dans le sanctuaire.

Les femmes ne doivent pas entrer dans le sanctuaire.

45. De ceux qui s'inscrivent parmi les candidats au baptême dans la semaine de la mi-carême.

On ne doit pas admettre au baptême après la seconde semaine du carême.

46. Que les candidats au baptême doivent réciter le symbole.

Ceux qui se préparent au baptême doivent apprendre par coeur le symbole de la foi et le réciter le jeudi de la grande semaine à l'évêque ou aux prêtres.

47. De ceux qui reçoivent le baptême pendant la maladie.

Ceux qui ont reçu le baptême lors d'une maladie, puis s'en sont relevés, doivent apprendre le symbole de la foi et se rendre compte qu'ils ont reçu un don divin.

48. Du saint chrême à donner après le baptême.

Ceux qui ont été baptisés doivent être oints du chrême céleste et devenir participants du royaume du Christ.

49. Qu'il ne faut pas offrir le pain du sacrifice en carême.

Pendant le carême on ne doit pas offrir le pain du saint sacrifice, si ce n'est le samedi et le dimanche.

50. Qu'il ne faut pas rompre le jeûne le jeudi de la semaine sainte.

On ne doit pas rompre le jeûne le jeudi de la dernière semaine et déshonorer par là tout le carême; mais on doit jeûner tout le carême dans la xérophagie.

51. Qu'il ne faut pas célébrer la mémoire des martyrs dans les jours de jeûne.

Pendant le carême on ne doit pas célébrer les anniversaires des martyrs, mais ne les commémorer que les samedis et les dimanches.

52. Qu'il ne faut pas célébrer des anniversaires ou des mariages en carême.

Pendant le carême on ne doit célébrer ni mariage, ni fête de naissance.

53. Qu'un chrétien ne doit pas danser au banquet des noces.

Les chrétiens qui assistent aux noces ne doivent se livrer ni à des sauteries, ni à des danses, mais assister avec décence au repas ou au dîner, comme il convient à des chrétiens.

54. Qu'il n'est pas permis à un clerc d'assister aux jeux de théâtres pendant les banquets.

Les clercs consacrés et les clercs inférieurs ne doivent pas, lorsqu'ils assistent à des noces ou à des banquets, rester pour voir certains jeux, mais se lever et partir avant l'entrée des acteurs des jeux de noces.

55. Qu'il ne convient pas à des chrétiens de se cotiser pour banqueter.

Les clercs consacrés et les clercs inférieurs ne doivent pas mettre en commun de l'argent pour célébrer des banquets; les laïcs non plus.

 

56. Que les prêtres ne doivent pas entrer dans le sanctuaire avant l'évêque.

Les prêtres ne doivent pas entrer dans le sanctuaire et y prendre place avant que n'y entre l'évêque; à moins que l'évêque ne soit empêché ou en voyage.

 

57. Qu'il ne faut pas instituer des évêques pour des villages ou des campagnes.

On ne doit pas ordonner des évêques, mais des visiteurs dans les bourgs et les villages; ceux qui y ont déjà été ordonnés ne doivent rien faire sans l'avis de l'évêque de la ville. De même les prêtres ne doivent rien faire sans l'avis de l'évêque.

 

58. Qu'il ne faut pas offrir le sacrifice dans des maisons d'habitation.

Les évêques et les prêtres ne doivent pas offrir le sacrifice dans des maisons particulières.

59. De ce qu'on doit chanter et lire à l'église.

On ne doit pas lire dans l'église des psaumes composés d'autorité privée, ni des livres qui ne sont pas canoniques, mais les seuls livres canoniques de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Voici les livres que l'on doit lire et qui font autorité: de l'Ancien Testament : I. La Genèse du monde; 2. l'Exode de l'Egypte; 3. le Lévitique; 4. les Nombres; 5. le Deutéronome; 6. Josué; 7. les Juges, Ruth; 8. Esther; 9. le premier et le second des Rois; 10. le troisième et le quatrième des Rois; 11. le premier et le second des Paralipomènes; 12. le premier et le second d'Esdras; 13. le livre des 150 Psaumes; 15. Les Proverbes de Salomon; 15. l'Ecclésiaste; 16. le Cantique des Cantiques; 17, Job; 18. les douze Prophètes; 19, Isaïe; 20. Jérémie. Baruch, les Lamentations et les Lettres; 21. Ezéchiel; 22, Daniel. Ceux du Nouveau Testament sont les suivants: quatre évangiles, selon Matthieu, selon Marc, selon Luc et selon Jean; les Actes des apôtres; les sept lettres canoniques, c'est-à-dire une de Jacques, deux de Pierre, trois de Jean et une de Jude; quatorze lettres de Paul : une aux Romains, deux aux Corinthiens, une aux Galates, une aux Éphésiens, une aux Philippiens, une aux Colossiens, deux aux Thessaloniciens, une aux Hébreux, deux à Timothée, une à Tite et une à Philémon.