SAINT BASILE LE GRAND

DE LA LETTRE ÉCRITE AU MEME BIENHEUREUX AMPHILOQUE

QUE LE SEIGNEUR N'IGNORE NI LE JOUR NIL'HEURE DE LA FIN

 

86

Des encratites.

Aux délicats encratites, à propos de leur grave question, pourquoi nous ne mangeons pas de toutes choses, on répondra que nous abhorrons aussi nos excréments. Car, pour ce qui est de la valeur, pour nous "la viande est égale aux légumes", mais pour ce qui est de la distinction entre utile et nuisible, de même que nous séparons parmi les légumes le nuisible de l'avantageux, de même nous distinguons parmi les viandes l'utile du nuisible. Ainsi la ciguë est aussi un légume, comme la chair du vautour est aussi de la viande; cependant aucun homme sensé ne mange de la jusquiame, ni ne touche à la chair de chien, à moins qu'une grande nécessité n'y oblige, auquel cas ne commet pas d'iniquité celui qui en mange.

 

DU MEME

A DIODORE ÉVEQUE DE TARSE

 

Contre ceux ou celles qui épousent successivement deux soeurs ou deux frères.

 

(Prologue)

Il nous est arrivé une lettre qui porte entête le nom de Diodore, mais dont le reste convient à tout autre personne qu'à Diodore; il me semble qu'un homme habile a pris votre nom, désireux d'inspirer ainsi confiance à ses auditeurs; qui, interrogé par quelqu'un, s'il lui était licite d'épouser la soeur de sa femme défunte, n'a pas été horrifié par la question, mais au contraire écouta calmement la question et vint en aide à l'impudent désir avec bien de l'audace et de l'argutie. Si j'avais eu entre les mains la lettre même, je vous l'aurais expédiée et vous auriez vous-même la possibilité de prendre la défense de votre personne et de la vérité; mais comme celui qui nous l'a montrée, l'a reprise et la promène comme un trophée contre nous, qui avions interdit dès le début une telle union, disant qu'il en avait l'autorisation écrite, je vous envoie la présente lettre, afin que de deux côtés nous attaquions ce faux discours et que nous ne lui laissions aucun pouvoir, qui le mettrait en état de nuire facilement à ses auditeurs.

 

87

En premier lieu, nous citerons ce qui en pareil cas est primordial, la coutume en vigueur chez nous, que nous pouvons avancer comme ayant force de loi, puisque nos institutions nous ont été transmises par des saints; or, la voici : Si quelqu'un sous l'empire de la passion impure en vient à contracter l'union illégitime avec deux soeurs successivement, cette union ne sera point considérée comme mariage légitime et ils ne seront point admis à l'assemblée de l'église, avant de s'être séparés l'un de l'autre. Par conséquent, même si l'on n'avait rien d'autre à ajouter, la coutume suffirait à elle seule pour nous garder du mal. Mais comme l'auteur de la lettre a tenté d'introduire un si grand mal dans la vie des fidèles par une argumentation de mauvais aloi, il nous est nécessaire à nous aussi de ne pas négliger l'aide du raisonnement, bien que la conviction intime de chacun est supérieure au raisonnement pour les choses totalement évidentes.

Il est écrit, dit-il, dans le Lévitique : "Tu n'épouseras pas comme rivale de ta femme sa propre soeur, en découvrant sa nudité avec celle de ta femme, du vivant de celle-ci"; or, dit-il, il en ressort clairement, qu'il est permis de la prendre pour épouse, après la mort de la première femme. Je répondrai à cela en premier lieu que, "les prescriptions de la loi s'adressent à ceux qui sont sous la loi"; sinon, nous serions aussi soumis aux lois de la circoncision, du sabbat, et de l'abstention de certains mets; car, nous ne saurions "accepter le joug de la servitude de la loi", si nous y trouvons une contribution à nos plaisirs, et ne recourir "à la liberté du Christ" que lorsqu'une prescription légale nous paraît pénible. On nous avait demandé s'il est écrit qu'on peut prendre pour épouse la soeur de la femme défunte; nous avons donné la réponse sûre et vraie, que ce n'est pas écrit; or, déduire par le raisonnement ce qui a été tu, c'est faire oeuvre de législateur, non de juge. Sinon, il serait de la même manière possible à quiconque le voudrait d'oser épouser la soeur de sa femme même du vivant de celle-ci; car ce même sophisme convient aussi à ce cas; il est en effet écrit, dira-t-on, "tu n'épouseras pas la soeur de ta femme, pour en faire rivale de ta femme"; donc il n'est pas interdit de l'épouser si la rivalité est hors de cause; en fait, l'homme qui caresse sa passion affirmera que le caractère des deux soeurs exclut toute jalousie; la raison donc de l'interdiction d'épouser toutes les deux étant levée, quel empêchement y a-t-il d'épouser les deux soeurs ? Mais dira-t-on, cela n'est pas contenu dans l'Écriture. L'autre non plus n'y est pas contenu, mais le raisonnement par déduction autorise également l'un et l'autre.

Or, il eût fallu recourir à la suite immédiate du texte de la législation, pour éviter toute difficulté; le législateur, en effet, ne semble pas avoir voulu comprendre toute sorte de péchés, mais interdire spécialement ceux des Égyptiens, qu'Israël avait quittés et ceux des Cananéens, chez qui il se transportait; en voici le texte :"Vous n'agirez point selon les usages de l'Egypte, que vous avez habitée, vous n'agirez point selon les usages du pays de Chanaan où je vous introduirai : vous ne suivrez pas leurs coutumes".

Par conséquent, il en ressort que cette espèce de péché n'existait pas chez les païens; c'est pourquoi le législateur n'avait pas besoin de les mettre en garde, mais il se contenta de mentionner la coutume traditionnelle pour stigmatiser l'acte honteux. Pourquoi donc a-t-il tu le péché moindre en interdisant ce qui était plus grave ? Parce qu'il pensa que l'exemple du patriarche Jacob qui avait épousé deux soeurs simultanément, pourrait porter au mal grand nombre de gens voluptueux.

Et nous, que devons-nous faire ?

Dire ce qui fut écrit ou bien rechercher ce qui fut tu ? Par exemple, que père et fils ne dussent avoir la même concubine n'est pas contenu dans les lois en question, mais le prophète le juge digne de la plus grande condamnation: "Le fils et le père, dit-il, vont chez la même fille". Que d'espèces de péchés impurs n'a pas inventés la science des démons pour les enseigner aux hommes, sur lesquels la divine Écriture a gardé le silence, préférant ne pas se souiller par l'énumération des actes honteux, mais stigmatisa les impuretés par des désignations générales, comme le fait aussi l'apôtre Paul en disant : "Que la fornication ni aucune impureté ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints", entendant sous le nom d'impureté les actes innommables entre mâles ou entre femmes. Par conséquent le silence de l'Écriture ne comporte aucunement la liberté d'action pour les voluptueux.

Pour moi, je dis même que notre cas n'a point été passé sous silence, mais au contraire véhémentement interdit par le législateur; car l'interdiction : "Aucun de vous n'approchera de sa proche parente pour découvrir sa nudité", comprend aussi cette sorte de proche parenté; qu'y-a-t-il, en effet, de plus proche à l'homme que sa propre femme, ou plutôt, que sa propre chair ? car "ils ne sont plus deux, mais une seule chair". Or par l'intermédiaire de la femme, la soeur de celle-ci entre dans la proche parenté de l'homme; car de même que l'on n'épousera pas la mère de sa femme, ni la fille de sa femme, parce que l'on n'épouse ni sa propre mère ni sa propre fille, de même on n'épousera pas la soeur de sa femme, parce que l'on n'épouse pas aussi sa propre soeur. Réciproquement, il ne sera pas permis à la femme non plus d'épouser les proches parents de son mari, car les obligations de la parenté sont les mêmes pour tous les deux.

Pour moi, je déclare d'autre part à tout homme qui pense au mariage, que "la figure de ce monde passe et que le temps est bien bref : que ceux qui ont une femme soient comme s'ils n'en avaient point"; et s'il m'objecte le "croissez et multipliez-vous", je me rirai de celui qui ne distingue pas les époques où les lois furent portées. Les seconde snoces sont un secours contre la fornication, non un moyen de débauche : "S'ils ne peuvent garder la continence, qu'ils se marient", dit-il, mais non point qu'ils commettent l'iniquité en se mariant.

Or, ces gens-là, qui par suite de leur passion honteuse ont les yeux de l'âme pleins de charpie, ne font même pas attention à la nature, qui depuis toujours a distingué les appellations désignant la parenté.

Depuis quelle parenté nommera-t-on leurs enfants ? Dira-t-on qu'ils sont frères entre eux ou bien cousins les uns des autres ? car l'un et l'autre leur conviendra pour la confusion de la parenté. Ô homme, ne fais pas de la tante une marâtre de tes enfants en bas-âge, ni n'arme celle qui doit les entourer d'une affection de mère, de jalousies implacables; seule en effet la haine des marâtres continue son inimitié même après la mort, ou plutôt, ceux qui se combattaient pour d'autres raisons pardonnent à leur ennemis morts et prient pour eux, tandis que les marâtres se mettent à haïr la morte qu'elles ont remplacée.

Résumons ce qui a été dit; si quelqu'un aspire au mariage selon la loi de Dieu, l'univers entier s'offre à lui; mais si son désir émane d'une passion impure, raison de plus pour qu'il soit exclu de l'église afin d'apprendre à "traiter son corps en toute sainteté, sans se livrer aux emportements de la passion". Désireux d'en dire plus, je m'en retiens eu égard à la longueur de la lettre. Je souhaite que mon exhortation l'emporte sur la passion, ou bien, que cette souillure impie ne contamine point notre pays, mais reste cantonnée dans les lieux mêmes où l'on a osé la commettre.

 

DU MEME A PAREGORIOS PRETRE

 

88

Afin qu'il se sépare de la femme qui partage sa demeure.

J'ai lu votre lettre avec la plus grande longanimité et je me suis demandé pourquoi, ayant la possibilité de nous présenter une apologie brève et facile par des actes, vous préférez persister dans ce dont on vous accuse, et vous vous efforcez de trouver un remède à une situation qui n'en admet aucun.

Nous ne sommes pas les premiers, ni les seuls, cher Parégorios, à légiférer que des femmes ne peuvent cohabiter avec des hommes; lisez donc le canon porté par nos saints pères du concile de Nicée, qui a clairement interdit qu'il y ait des femmes cohabitant avec des clercs.

Ce qui rend le célibat respectable, c'est précisément de s'abstenir de la compagnie des femmes; par conséquent, si quelqu'un en fait nominalement profession, tout en agissant comme ceux qui sont mariés avec une femme, il montrera qu'il cherche à se faire attribuer le respect dû à la virginité, sans s'abstenir de la malhonnêté du plaisir.

Vous auriez dû céder à notre instance d'autant plus facilement, que vous affirmez être libre de toute affection charnelle; je veux bien croire qu'un homme qui a eu soixante-dix ans ne cohabite pas avec une femme par passion charnelle, et ce n'est point pour une faute commise que nous avons décidé ce que nous avons décidé; mais, parce que l'Apôtre nous a enseigné à "ne point être pierre d'achoppement ou scandale pour notre frère"; or nous savons que l'acte fait en toute honnêteté parles uns sera cause de péché pour d'autres; à cause de cela nous conformant à l'ordonnance des saints pères, nous avons ordonné que vous vous sépariez de la femme. Pourquoi donc accusez-vous le chorévêque et mentionnez-vous son inimitié de longue date ? Pourquoi nous accusez-vous, nous, de prêter une oreille facile à l'admission des calomnies, et pas vous-même, qui n'admettez pas de vous séparer de la compagnie de cette femme ? Éloignez-la donc de votre maison et faites-la entrer dans un monastère; qu'elle demeure, elle, parmi les vierges consacrées et, vous, faites-vous servir par des hommes, "afin que le Nom de Dieu ne soit pas déshonoré à cause de vous". Tant que vous ne ferez pas cela, les milliers de raisons que vous exposez par vos lettres ne vous serviront à rien, bien au contraire, vous finirez par être suspendu de vos fonctions et aurez à rendre compte au Seigneur de votre suspense. Et si vous osez exercer votre sacerdoce sans vous corriger, vous serez anathème parmi tout le peuple fidèle et ceux qui vous recevront à leur communion seront rejetés de toute église.

 

DU MEME AUX CHORÉVEQUES

 

89

Pour qu'on ne nomme pas contre les canons des clercs sans sa permission.

Je suis bien attristé de ce que les ordonnances de nos pères sont désormais sans vigueur et que toute exacte observance est bannie des Églises; et j'ai bien peur que les progrès d'une telle indifférence n'amènent une totale confusion dans l'administration de l'Église.

Les clercs au service de l'Église, la coutume régnant depuis toujours dans les Églises de Dieu ne les admettait qu'après une rigoureuse épreuve; et l'on examinait attentivement toute leur conduite, s'ils n'étaient pas grossiers dans leurs paroles, ou adonnés à la boisson, ou prompts à la querelle, si leur jeunesse a été éduquée de manière à pouvoir vivre dans "la sainteté, sans laquelle personne ne saurait voir le Seigneur". A cet examen s'adonnaient les prêtres et les diacres qui vivaient avec eux et en référaient aux chorévêques; ceux-ci à leur tour, après avoir reçu les avis des témoins véridiques et averti à ce sujet l'évêque du lieu, inscrivaient enfin le clerc dans les rangs du clergé.

Tandis qu'à présent, d'abord vous nous avez écarté et sans même daigner en référer à nous, vous avez concentré en votre personne toute l'autorité sur cette question; ensuite, négligeant même totalement l'affaire, vous avez laissé à des prêtres et des diacres le soin d'introduire dans le service de l'Église les sujets indignes qu'ils voulaient, sans aucun examen de leur conduite, par considération de la parenté ou de tout autre sympathie. Par suite de cela, chaque bourg compte un grand nombre de clercs, mais aucun d'eux n'est digne de l'autel, comme vous l'attestez vous-mêmes, qui manquez de sujets pour les nominations aux postes.

Puis donc que je vois la situation devenue intolérable, surtout à présent, où par crainte du service militaire, un grand nombre s'inscrivent au service de l'Église, je suis forcé de renouveler les prescriptions canoniques des pères et je vous ordonne de m'envoyer la liste des clercs de chaque bourg, par qui chacun d'eux fut admis, et quelle est sa conduite. Gardez d'autre part vous aussi la liste, afin de comparer vos écrits avec les nôtres, et qu'il ne soit permis à personne d'y ajouter son nom quand bon lui semblera.

De la sorte, s'il y en a qui sont portés par les prêtres sur la liste après la première indiction, ils seront rejetés parmi les laïcs et leur examen canonique sera repris par vous; et s'ils sont dignes, vous déciderez de leur admission; car "purifiez l'Église, en bannissant d'elle les indignes". Dorénavant donc examinez ceux qui sont dignes et admettez-les, mais ne les inscrivez point sur les rôles du clergé avant d'en référer à nous; sinon, sachez-le bien, celui qui sera admis au service de l'Église sans notre avis sera considéré comme laïc.

 

DU MEME

A SES ÉVEQUES SUFFRAGANTS

 

90

Afin qu'ils n'ordonnent pas contre de l'argent.

Que l'on ait simplement soupçonné et raconté l'affaire étrange dont je vous entretiens dans cette lettre, m'a rempli l'âme de peine et m'a semblé jusqu'au dernier moment incroyable. Ma lettre donc à ce sujet, celui qui a quelque chose à se reprocher la recevra comme un remède; qui n'a rien à se reprocher comme un préservatif, et qui n'a cure de rien,- Dieu préserve qu'il y en ait parmi nous -, comme un acte d'accusation.

De quoi parlé-je ? On dit que certains d'entre vous reçoivent de l'argent de ceux qu'ils ordonnent et couvrent cela du nom de piété.

Ce qui est pire; car si l'on fait le mal sous prétexte de bien faire, l'on est digne d'un double châtiment; parce que l'on fait le mal et qu'on se sert du bien comme d'un complice pour commettre le péché. Si cela a eu lieu, qu'il ne se fasse plus désormais, mais soit corrigé; il faut en effet dire à celui qui reçoit l'argent ce que les apôtres dirent à celui qui voulait en donner pour acheter une participation aux dons du saint Esprit : "Que la perdition emporte toi et ton argent". Car plus légère est la faute de celui qui par ignorance veut acheter le don de Dieu que celle de celui qui la vend; en effet la vente a déjà eu lieu et si tu vends ce que tu as reçu gratuitement, c'est toi qui es pour ainsi dire vendu à Satan et seras privé du don de Dieu, puisque tu introduis l'escroquerie dans le domaine spirituel et dans l'Église, où l'on nous a confié le Corps et le Sang du Christ. Cela ne doit point se faire. La raison fallacieuse qu'ils se donnent, la voici. Ils croient ne point commettre de faute, du fait qu'il ne reçoivent pas à l'avance, au moment de l'ordination, mais reçoivent après l'ordination. Or, quel que soit le temps où l'on reçoit, c'est toujours recevoir de l'argent.

Je vous en prie, laissez de côté ce revenu, on plutôt cette offrande qui mérite l'enfer et ne vous rendez pas indignes d'accomplir les saints mystères en vous souillant les mains par de telles perceptions. Veuillez m'en excuser, je n'ai pas voulu y croire d'abord, mais convaincu par la suite, j'en viens à la menace suivante : si quelqu'un après la lettre présente fait rien de tel, il quittera les autels de ce lieu et en cherchera un autre, où il pourra acheter le don de Dieu et le revendre; car, "nous et les Églises de Dieu nous n'avons point une telle coutume". J'ajouterai en terminant : C'est l'avarice qui est à l'origine de tout cela, or "l'avarice est la racine de tous les vices" et est appelée en même temps "une idolâtrie"; ne préférez donc pas les idoles au Christ pour un peu d'argent; et n'imitez pas Judas, en trahissant une seconde fois Celui qui une première fois a été crucifié pour nous; car les champs aussi bien que les mains qui reçoivent de tels fruits seront appelés "champ du sang".

DU MEME

EXTRAITS DU 27 EME CHAPITRE DU TRAITÉ DUSAINT ESPRIT

ADRESSÉ AU BIENHEUREUXAMPHILOQUE

91

 

Qu'il faut garder la Tradition non-écrite de l'Église.

Les dogmes et enseignements que l'Église garde en dépôt nous sont en partie parvenus par l'enseignement écrit, le reste nous l'avons reçu de la Tradition apostolique transmise jusqu'à nous sous la discipline de l'arcane; mais les unes et les autres ont la même autorité en matière de foi, et personne, qui ait la moindre idée des institutions ecclésiastiques, n'oserait y contredire. Si en effet nous essayions de laisser de côté les traditions non-écrites, parce qu'elles n'auraient point grande valeur, nous porterions, sans nous en apercevoir, atteinte à des points capitaux de l'évangile, bien plus, nous ne laisserions à la prédication catéchétique qu'un vain nom. Par exemple, pour ne mentionner tout d'abord qu'un point, le premier et le plus commun : le fait que se signent du signe de la croix ceux qui ont mis leur espérance dans le Nom de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous l'a enseigné par écrit ?De nous tourner vers l'orient pendant la prière, quelle proposition écrite nous l'a enseigné ? Les paroles de l'invocation du saint Esprit pour la consécration du pain d'action de grâces et du calice de la bénédiction, quel saint nous les a-t-il laissés par écrit ? En effet, nous ne nous contentons pas de ce dont l'apôtre ou l'évangile ont gardé le souvenir, mais nous faisons précéder et ajoutons autre chose, parce que nous estimons que cela a grande valeur pour le mystère eucharistique, l'ayant ainsi reçu de la Tradition non-écrite. Nous récitons des prières sur l'eau baptismale et l'huile de l'onction et de plus sur le candidat au baptême, d'après quel texte ? N'est-ce pas d'après la Tradition arcane et secrète ? Même plus : l'onction même de l'huile, quelle proposition écrite nous a appris à le faire ? Et la triple immersion baptismale, d'où provient-elle ? Et tout le reste qui se rapporte au baptême, de renoncer à Satan et à ses messagers, de quelle écriture provient-il ?N'est-ce pas de cet enseignement non-public et secret, que nos pères ont gardé en l'entourant d'un silence à l'abri de toute curiosité et indiscrétion, sachant bien par expérience que le caractère vénérable des sacrements est bien gardé par la discipline de l'arcane ?En effet ce que les non-initiés ne devaient même pas soupçonner, était-il normal d'en rendre l'enseignement public en le mettant par écrit ?

La raison d'être de la Tradition non-écrite, c'est que la connaissance des dogmes, exposées à des discussions, ne soit avilie par suite de l'accoutumance. Autre chose les dogmes, autre chose la prédication catéchétique, car les dogmes restent enveloppées de silence, le catéchisme est publié. Une sorte de silence est aussi le manque de clarté qu'emploie l'Écriture pour rendre le sens des dogmes difficile à comprendre, en vue de l'utilité de ceux qui les lisent.

De là vient que tous nous nous tournons vers l'orient pendant la prière, mais nous sommes un petit nombre à savoir que nous cherchons par là l'antique patrie, le paradis. Et nous faisons nos prières debout le premier jour de la semaine, mais nous n'en connaissons pas tous la raison; car, ressuscités que nous sommes avec le Christ et obligés d'aspirer vers les choses célestes, nous ne rappelons pas seulement à notre esprit par la station debout pendant la prière la grâce, qui nous a été accordée en ce jour de résurrection, mais aussi que ce premier jour de la semaine semble être en quelque sorte l'image de l'éternité à venir; c'est justement parce qu'il est le début des jours que Moïse dit à son sujet non pas "le premier", mais le jour "un". Vu que ce jour revient à plusieurs reprises, il est en même temps un et huitième, manifestant par lui-même le jour vraiment un et huitième que le psalmiste rappelle dans l'inscription de certains psaumes, et qui représente par lui-même l'état qui suivra notre temps présent, ce jour sans fin, sans nuit, sans succession, l'éternité sans terme et toujours nouvelle. Il est donc nécessaire que l'Église enseigne à ses disciples de faire leurs prières en se tenant debout, afin que par le continuel rappel de la vie sans fin, nous ne négligions point les moyens d'atteindre ce passage.

De même, toute la sainte cinquantaine des jours après Pâques est un rappel de la résurrection espérée. Car ce jour un et premier, multiplié sept fois par sept constitue les sept semaines de la sainte cinquantaine; commençant et finissant par un, elle déroule ce même un cinquante fois; elle imite ainsi l'éternité, commençant, comme dans un mouvement cyclique, au même point et terminée au même; pendant cette cinquantaine la coutume de l'Église nous a appris à préférer la station debout pour la prière, transportant pour ainsi dire notre esprit du présent à l'avenir par ce rappel manifeste. Par ailleurs chaque fois que nous plions les genoux et que nous nous relevons, nous démontrons en acte avoir été jetés à terre par notre péché et rappelés au ciel par la Miséricorde de Celui qui nous a créés.

Le jour entier ne me suffirait pas pour exposer le sens caché des traditions non-écrites de l'Église. Je laisse tout le reste de côté mais la profession même de la foi, de croire à un Père et un Fils et un saint Esprit, de quelle tradition écrite la tenons-nous ? Si c'est par suite de la Tradition baptismale, selon le principe de notre foi, de devoir croire ce en quoi nous avons été baptisés, que nous confirmons notre profession à notre baptême, alors qu'ils nous permettent aussi de confirmer notre doxologie à notre foi. Si cependant ils rejettent la forme de notre doxologie parce qu'elle n'est point contenue dans la Tradition écrite, qu'ils nous donnent les preuves par la Tradition écrite de notre profession de foi et de tout ce que nous avons énuméré. Après tout cela, alors qu'il y a tant de choses non-écrites et d'une si grande importance pour le mystère de notre foi, ne nous permettront-ils pas d'employer un mot qui est venu jusqu'à nous, transmise par nos pères, et que nous avons trouvé, nous, conservé dans la simplicité de la Tradition des Églises non-perverties, mot qui possède une vertu non des moindres et contribue grandement à la compréhension du mystère ?

92

De la tradition non-écrite.

Quant à dire que la doxologie "avec le saint Esprit" n'est contenue ni dans la tradition ni dans l'écriture, nous répondons qui si l'on n'admet rien d'autre qui ne fût écrit, qu'on n'admette pas cela non plus; si par contre la plus grande partie de la tradition transmise sous le sceau de l'arcane a droit de cité chez nous sans avoir été transmise par écrit, alors nous recevrons cela aussi.

D'ailleurs j'estime qu'il est conforme au précepte de l'apôtre de rester aussi fidèle aux traditions non-écrites : "Je vous loue, dit-il, de vous souvenir de tout ce que je vous ai donné et de garder les traditions telles que je vous les ai transmises"; de même :"Gardez les traditions que vous avez reçues soit de vive-voix soit par lettre"; or l'une de celles-ci, s'il en fût, est la tradition qui nous occupe, que les prédicateurs de la foi ont dès le début transmis à leurs successeurs, et l'ont enracinée profondément dans l'église par une longue pratique, l'usage n'en ayant été interrompu en aucun moment.

Si donc faute d'une preuve par écrit, nous vous présentions, comme cela se fait dans les tribunaux, une foule de témoins, n'obtiendrions nous donc pas votre sentence favorable? Pour moi, je le crois bien : "Car, sur la foi de deux et trois témoins toute chose sera confirmée".

Et si nous vous démontrions que le temps si long déjà écoulé témoigne clairement en notre faveur, n'aurions-nous pas raison de litre que votre accusation contre nous n'est pas recevable? Car les croyances anciennes jouissent d'un préjugé favorable, tirant leur respectabilité de leur antiquité aux cheveux blancs.

 

DU MEME

RECOMMANDATION AUX PRETRES

 

93

Prends garde à toi, ô prêtre, et à ceux que tu instruis et faites attention en t'acquittant du ministère qui t'a été confié; car on ne t'a pas remis un ministère terrestre, mais céleste, non humain, mais angélique.

Applique-toi à te montrer ouvrier irréprochable, qui marche dans le droit chemin de la vérité. Ne te présentez jamais à la synaxe eucharistique avec des sentiments d'inimitié contre quelqu'un, afin de ne pas éloigner le Paraclet un jour de synaxe. Évite les procès, évite totalement les querelles, reste au contraire caché dans l'église, priant et lisant l'Écriture sainte jusqu'à l'heure de la célébration des divins mystères; présente-toi alors à l'autel avec componction sans regarder de-ci de-là, mais tes tenant devant le Roi céleste avec sainte frayeur et crainte. Ne récite pas en hâte par complaisance humaine et n'abrège pas les prières; pendant la supplication "n'aie égard à la personne d'aucun homme", mais aie le regard fixé sur le Roi qui est là devant toi et les puissances célestes, qui assistent tout autour. Rends-toi dignes des exigences des saints canons. Ne concélèbre pas avec ceux que les canons rejettent.

Vois donc, devant qui tu te présente, comment tu célèbres, à qui tu donne l'eucharistie. Attention, n'oublie pas le précepte du Maître et celui des saints apôtres : "Ne donnez pas, dit-Il, les saints dons aux chiens, et ne jetez pas les perles devant les pourceaux"; "Voyez ces chiens", et le reste.

Prends garde à ne pas céder au respect humain et craindre un homme pour ta ruine; ne livre pas le Fils de Dieu à des mains indignes. Prends garde à ne pas te laisser intimider par aucun puissant de la terre; ne craigne en cette heure-là même celui qui porte la couronne impériale, lorsque tu te présente à l'autel pour célébrer.

Faites attention comment vous remettez le don divin à ceux qui l'emportent dans leurs maisons; je décline, moi, toute responsabilité, c'est vous qui en répondrez. À ceux qui en sont dignes donnez la divine communion gratuitement, comme vous l'avez reçue; ne la donnez pas à ceux que les divins canons ont exclus, car ils sont comptés parmi les païens, et malheur à ceux qui la leur donnent avant qu'ils ne fassent retour à l'église.

Prenez garde à ce qu'une souris ou rien de semblable ne touche aux divins sacrements; que le vent ou la fumée ne l'atteignent point, que des hommes sacrilèges ne l'administrent point.

(Faites attention à la manière de consommer et purifier les saints dons au terme de la divine liturgie, de peur que dans votre hâte vous ne laissiez tomber par terre une "perle" (particule sacrée); prenez garde à ce que le saint calice ne reste pas avec du liquide et s'en salisse de poussière, et ne vous éloignez qu'après avoir purifié tous les deux vases sacrés.

Faites attention, s'il reste une partie des saints dons, il n'est permis qu'aux seuls prêtres de les consommer. Mais si cela ne peut se faire et que vous ayez sous la main suffisamment d'enfants bien sages, amenez-les, qu'ils les consomment, puis restent à jeun jusqu'à la cinquième heure. Prenez garde à ce que des insectes ne tombent dans le saint calice ou ne se posent sur le pain sacré; prenez garde à ce que rien d'autre ne touche aux divins sacrements).

En observant ces prescriptions-ci et d'autres semblables, vous sauverez

votre âme et celle de vos auditeurs.

DU MEME

EXTRAIT DE LA LETTRE A LA PATRICIENNE CESARIA

94

De la communion fréquente.

De communier chaque jour et participer ainsi au saint corps et sang du Christ est bon et utile, puisque lui-même dit : "Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui et il a une vie éternelle". Qui donc peut mettre en doute que la communion fréquente ne soit l'équivalent d'une vie multipliée? Nous du moins, nous communions quatre fois par semaine, le dimanche, le mercredi, le vendredi et le samedi; aux autres jours aussi, s'il s'y fait la mémoire d'un saint.

Que le fait qu'un homme ait été forcé en temps de persécution, en l'absence d'un prêtre ou d'un ministre du culte, de prendre la communion de sa propre main, ne fut nullement une faute grave, il est superflu de vouloir le prouver, car la longue coutume en atteste la pratique. En effet, tous les ermites, qui vivent dans les déserts sans la présence d'un prêtre, gardent chez eux la communion et se communient eux-mêmes. Bien plus, à Alexandrie et en Egypte, chacun, même laïc, garde la plupart du temps la communion dans sa maison et se communie lui-même quand il veut; car une fois que le prêtre a terminé le sacrifice et a donné la communion, celui qui a reçu toute sa part, en communiant chez lui chaque jour, doit croire qu'il reçoit la communion et communie normalement de la main de celui qui la lui a donnée au début; car, dans l'église aussi, le prêtre donne la parcelle et celui qui la reçoit la garde en son pouvoir, et puis la porte à la bouche de sa propre main. Or l'effet est le même, qu'on reçoive du prêtre une seule parcelle ou bien plusieurs parcelles à la lois.

DE SAINT BASILE

EXTRAIT DE LA LETTRE AUX HABITANTS DE NICOPOLIS

95

Qu'il faut supporter avec patience les épreuves et en remercier Dieu.

Vous avez bien fait de nous faire parvenir vos nouvelles et de nous les faire parvenir par l'homme même, qui sans aucun écrit eût suffi à nous consoler dans nos soucis et renseigner exactement sûr la situation; nombreuses étaient en effet les questions, que nous voulions voir répondre à quelqu'un qui connu à fond la situation, vu que des rumeurs fausses étaient parvenues jusqu'à nous : tout cela notre très-désiré frère Théodose, notre frère dans la prêtrise, nous l'a exposé avec clarté et en connaissance de cause.

Les conseils donc que nous nous serions données à nous-même, nous les donnons par écrit à votre piété; nombreux sont ceux qui ont eu à subir ce qui vous arrive et cela non seulement dans le temps présent, mais même dans le passé; innombrables en sont les exemples que les récits historiques nous rapportent par écrit ou que nous avons appris de nos ancêtres par la tradition non-écrite; les épreuves pour le Nom du Christ se sont abattues sur les personnes, mais aussi sur les villes, de ceux qui ont mis en lui leur espérance. Et cependant tout est passé et aucune de nos tribulations ne comporte de peine sans terme; de même que la grêle et les torrents et tous les malheurs indépendants de notre volonté, les uns ont pu, très facilement même, nuire et dévaster, d'autres se heurtant à une résistance ont plutôt subi que causé du tort; de même, les violentes épreuves agitées contre l'Église se sont montrées plus faibles que la fermeté de la foi au Christ; et comme le nuage de grêle passa et le torrent fut englouti par le ravin, car celui-là se fondit dans le ciel serein, celui-ci disparut dans le sol, laissant sec et sans humidité le lit qu'il parcourait -, il en est ainsi des malheurs qui vous accablent : encore un peu et ils ne seront plus, pourvu que nous daignions ne pas voir le présent immédiat, mais tenir le regard fixé par l'espérance à ce qui nous attend un tout petit peu plus loin.

L'épreuve est-elle lourde ? Supportons, mes frères, ce qui coûte de la peine, car personne ne conquiert la couronne de la victoire sans blessures dans les luttes et sans s'être couvert de poussière dans l'arène. Ces mêmes tours du démon sont-ils sans poids et ceux qu'il a envoyés contre nous sont-ils désagréables certes, pour être à un tel service, mais négligeables, parce que Dieu a joint la faiblesse à leur ruse ? Prenons garde alors à la sentence de condamnation, si nous poussons de hauts gémissements pour de si petites souffrances; le seul objet digne de gémissements, c'est la perte de celui-là même, qui pour une gloire passagère, - si tant est qu'il faille appeler gloire l'inconduite publique de quelqu'un, - se voit privé de l'honneur éternel dû aux justes. Vous êtes les enfants des confesseurs, les enfants des martyrs, qui ont résisté au péché jusqu'au sang; que chacun prenne exemple sur ceux de sa famille pour défendre la vraie foi; aucun de vous n'a subi la torture des peignes de fer; aucun de vous n'a vu sa maison confisquée; nous n'avons pas habité les lieux d'exil, nous n'avons pas fait connaissance avec la prison. Quelle épreuve avons-nous eu à souffrir, à moins que la peine ne soit justement de n'en avoir point et que nous n'ayons pas été estimés dignes de souffrir pour le Christ.

Mais, si c'est parce qu'un tel s'est emparé de la maison de prières, tandis que vous adorez le Créateur du ciel et de la terre en plein air, que vous en avez de la peine, songez que les onze apôtres étaient enfermés dans le cénacle, alors que les juifs qui ont crucifié le Seigneur, accomplissaient les rites judaïques d'adoration dans le fameux temple. Judas, qui a préféré mourir pendu que vivre dans la honte, a montré une conduite préférable à celle de ceux, qui ont perdu toute pudeur devant le mépris général et pour cette raison se montrent impudents devant toute turpitude.

Gardez-vous de vous laisser tromper par leurs discours mensongers, qui affichent la rectitude dans la foi; car ce sont des profiteurs de la foi au Christ, non des chrétiens, eux qui préfèrent à la vie selon la vérité de vivre comme cela les avantage à chaque coup : lorsqu'ils crurent le moment venir d'occuper le siège vacant, ils se rangèrent du côté des ennemis de Dieu; et lorsqu'ils virent leurs peuples s'en effaroucher, ils refirent à nouveau l'attitude orthodoxe. Je ne sais pas si l'on peut les dire évêques; je ne saurais compter pas même parmi les prêtres du Christ celui que des mains sacrilèges ont établi dans sa prélature en vue de la destruction de la foi. Tel est mon jugement. Quant à vous, dans la mesure où vous êtes dans ma communion, vous serez évidemment du même avis; si au contraire vous en faites à votre guise, chacun est certes maître de sa décision, mais nous, nous sommes "innocents de ce sang".

Je vous écris cela, non pas que je manque de confiance en vous, mais pour raffermir la volonté indécise de certains d'entre vous, en leur faisant connaître ma propre pensée; - ainsi certains ne se laisseront pas surprendre d'accepter leur communion, ni ne s'exposeront, aussitôt la paix faite, à de graves difficultés pour se faire admettre dans l'assemblée sacerdotale, en recevant d'eux l'imposition des mains.

Tout le clergé de la ville et celui des campagnes, ainsi que tout le peuple qui craint Dieu, nous les saluons par votre entremise.

DU MEME

AU SUJET DES HÉRÉTIQUES

96

S'il est permis de saluer les hérétiques.

Question. S'il est permis, lorsque par hasard l'on se trouve quelque part en compagnie d'hérétiques, de païens ou de juifs, de prendre un repas avec eux, ou de les saluer.

 Réponse.

La salutation simple, c.-à-d, la commune, le Seigneur ne l'a interdite à propos de personne, puisqu'il dit : "Si vous ne saluez que vos amis, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens n'en font-ils pas autant ?" Quant à la commensalité, nous avons, concernant ceux qu'il faut éviter, le précepte de l'apôtre, qui dit :"Je vous ai écrit dans ma lettre de ne point avoir de relations avec les impudiques, mais il ne s'agissait pas absolument de tous les impudiques de ce monde, ni des cupides, ni des rapaces, ni des idolâtres, sinon il vous faudrait sortir de ce monde. Or, j'ai voulu simplement dire que si un homme portant le nom de frère, était impudique ou cupide ou idolâtre ou diffamateur ou ivrogne ou rapace, de nous abstenir même de prendre un repas avec un tel homme".