SAINT AMPHILOQUE ÉVEQUE D'ICONIUM

EXTRAIT DES JAMBES A SELEUCOS

 

[Des livres inspirés]

Mais avant toute chose il vous faut savoir que n'est pas authentique tout livre qui porte le titre vénéré d'écriture sainte; il y a en effet, il y a des livres au titre faux, les uns apparentés et voisins, pourrait-on dire, des paroles de vérité, et d'autres, faux et bien dangereux, semblables à des monnaies de mauvais éloi et falsifiées, frappées certes avec l'inscription de l'empereur, mais qui sont fausses, adultérées quant à leur alliage. A cause de cela je vous nommerai chacun des livres inspirés. Pour vous l'apprendre avec clarté je nommerai d'abord ceux de l'Ancien Testament.

Le Pentateuque contient la création, puis l'Exode, et le Lévitique comme livre du milieu; après lequel les Nombres, puis le Deutéronome. A ceux-là ajoute Josué et les Juges, ensuite Ruth, et les quatre livres des Rois et les deux livres des Paralipomènes; aussitôt après ceux-là le premier, puis le second livre d'Esdras.

Je vous nommerai à la suite de ceux-là les cinq livres poétiques : Job couronné d'exploits de diverses souffrances, et le livre des Psaumes, harmonieux médicament de l'âme, et les trois livres encore de Salomon le sage : Proverbes, Ecclésiaste et Cantique des cantiques.

Ajoute à ceux-là les douze prophètes : Osée d'abord, puis Amos en second Michée, Joël, Abdias et Jonas, qui fut la figure des trois jours de la passion; Nahum après eux, puis Habacuc en neuvième, Sophonie et Aggée et Zacharie et Malachie, l'ange à deux noms.

Après lesquels apprends à connaître les quatre prophètes : Isaïe au grand franc-parler, et le compatissant Jérémie, et le mystérieux Ezéchiel et Daniel en dernier lieu, très sage en oeuvres et en paroles aussi.

A ceux-là certains croient devoir ajouter Esther.

Il est temps pour moi de nommer les livres du Nouveau Testament.

N'admets que quatre évangélistes : l'élévation des pensées; car je l'appelle avec raison le fils du tonnerre, qui a immensément retenti pour Dieu le Verbe. Reçois aussi le second livre de Luc, les Actes de tous les apôtres ensemble.

Ajoute à la suite le vase d'élection, le héraut des nations, l'apôtre Paul, qui plein de sagesse a écrit aux églises deux fois sept épîtres: une aux Romains à laquelle il faut joindre deux aux Corinthiens, et celle aux Galates et celle aux Éphésiens, après laquelle celle à la communauté de Philippes, puis celle écrite aux Colossiens, deux aux Thessaloniciens, deux à Timothée, à Tite et à Philémon une pour chacun d'eux, et une aux Hébreux. Certains affirment qu'est fausse celle aux Hébreux, mais ils ne disent pas vrai, car la grâce qu'elle contient est de bon aloi.

Soit, que reste-t-il ? Des épîtres catholiques les uns disent que sept doivent être admises,

d'autres, trois seulement: une de Jacques, et une de Pierre et une de Jean; d'autres admettent trois de Jean et de plus les deux de Pierre et celle de Jude pour septième.

Quant à l'Apocalypse de Jean encore, les uns l'approuvent, niais le plus grand nombre, certes, l'appellent fausse. C'est là la seule vraie liste des écrits inspirés.